La face cachée des colos ...n'est pas celle qu'on croit. Dimanche soir, Zone Interdite était consacrée sur M6 à : « La face cachée des colos ».Fidèle à la ligne de l’émission, le reportage...
AFOCAL
AFOCAL

zone interdite m6La face cachée des colos ...n'est pas celle qu'on croit. Dimanche soir, Zone Interdite était consacrée sur M6 à : « La face cachée des colos ».

Fidèle à la ligne de l’émission, le reportage montrait les failles du système des accueils collectifs de mineurs, en ne développant dans cette enquête que des situations, parfois anciennes, qui alternaient le tragique et le grotesque.

Nous le savons, les médias préfèrent parler de l'arbre qui tombe plutôt que la forêt qui pousse. Il n’a donc été nullement question de ces milliers de séjours dans lesquels les enfants et les adolescents vivent des vacances agréables, découvrent la vie en collectivité, et pratiquent des activités éducatives de loisirs en toute sécurité, encadrés par des jeunes adultes qui font l’apprentissage de la responsabilité sociale.

Nous pourrions blâmer la chaîne pour le choix de la facilité et de l’audience en tablant systématiquement et uniquement sur le sensationnel et l’émotion du téléspectateur. Ou tout du moins le regretter. Mais…

Tous les acteurs de l’Education populaire ont conscience de ce qui se passe chez certains organisateurs de séjours, qui ne cachent pas leurs intentions plus touristiques et commerciales que pédagogiques.

L’administration qui nous appuie dans nos actions quotidiennes, nous encourage dans nos démarches pédagogiques et nous aide à ne pas négliger la sécurité est le plus petit corps de la fonction publique d’Etat, sans pour cela être épargné par une spectaculaire réduction de moyens et de compétences.

Le BAFA n’est pas une formation professionnelle, mais la marque d’un engagement personnel au service des autres à travers une responsabilité éducative que peu de jeunes mesurent au départ, mais dont ils prennent rapidement conscience sur le terrain.

Personne ne peut nier qu’il s’agit-là d’une réalité. Et du côté de l’AFOCAL, c’est au nom de cela que nous mettons en œuvre notre pédagogie, celle de l’accompagnement, prenant appui sur la motivation des jeunes qui démarrent une formation BAFA. Sans avoir la prétention d’en faire l’égal des professionnels qui choisissent de faire de l’animation leur métier, nous sommes heureux de voir réussir ceux qui démontrent leur engagement pour prendre une responsabilité essentielle et pourtant si peu reconnue.

C’est pour témoigner de cela que nous nous sommes prêtés avec transparence au jeu  du reportage, au risque du montage. Nous restons fiers de l’avoir fait.

Comme une pause sympathique au milieu du reportage, la journaliste a suivi le parcours de Juliette, une stagiaire BAFA comme nous en recevons à l’AFOCAL plus d’une dizaine de milliers chaque année. Dans nos sessions, ils jouent, chantent, dansent… et préparent en équipe des activités qu’ils pourront reproduire durant leur stage pratique. Sans jamais oublier de veiller à la sécurité des enfants qui leur sont confiés.

Marc Guidoni et Roselyne Van Eecke

14 commentaires ajouté(s).

  1. eva dit :

    C’est vrai que le pire n’était pas chez vous .. On peut parler de ce séjour ile Maurice avec pour objectif opérationnel prendre une cuite pour un groupe de 15 mineurs en 1 semaine ..mais il est vrai que lr BAFA reste nécessaire et important, reste aux directeurs dapprendre le métier aux débutants et de pas les envoyer en activité au bord de l’eau …

    • Edwin dit :

      Alors déjà, l’objectif n’était pas de prendre une cuite, ils montrent juste ça 5 minutes dans le reportage et la sécurité la dessus est plutôt bien assurée….Ensuite, ils ont vraiment filmés commentés ce qu’ils avaient envie (tiens,d’un coup, c’est mal de souhaiter joyeux anniversaire à quelqu’un WTF??) histoire de montrer que les enfants n’étaient pas en sécurité…Mais désolé, la directrice assure grave et sait parler aux jeunes comme il faut!

      Ensuite, en tant que directeur, je dois dire que nous apprenons le métier aux stagiaires bien sûr mais que pour apprendre, il faut se retrouver parfois, comme dans tout corps de métier, tout seul face à des situations inconnues. c’est comme cela que l’on apprend le mieux, que l’on prend plus d’initiatives et que l’on a une meilleure analyse! A bon entendeur!

  2. Slimane dit :

    “reste aux directeurs dapprendre le métier aux débutants et de pas les envoyer en activité au bord de l’eau …”

    Magie du montage : En effet tel que montré l’animatrice avait l’air d’être complètement abandonnée à elle-même, mais ils n’ont montrés que quelques minutes soigneusement choisies sur un séjour de plusieurs jours/semaines.

  3. Harold B dit :

    Bien dit, bravo !

    Amitiés.

  4. Samuel dit :

    On est d’accord la dessus.

  5. François dit :

    Non parce que c’est vrai que le passage dans le centre de formation de l’AFOCAL était parfait. Apprendre aux stagiaires à être un « bon père de famille » (sic) n’est absolument pas désuet en 2014 !

    Ubuesque.

  6. Halimi Patrice dit :

    Bonjour à tous
    J’ai également regardé cette émission. Il serait intéressant de consacrer un article à la “face cachée de zone interdite”. Nous avions nous mêmes été contactés pour suivre un de nos séjours à l’étranger; Nous avons refusé car cette journaliste ne s’intéressait nullement aux séjours à contenu éducatif… Ces séjours sur les îles (ou balnéaires) ne sont pas le reflet de ce qui est fait à l’étranger avec des ados ! Pour autant, arrêtons de comparer le secteur d’éducation populaire avec les autres organismes;
    Si je suis votre raisonnement, puis je alors vous rappeler que celui qui se permet d’arnaquer les parents dans cette émission est une association ! Le statut fiscal n’a rien à voir avec le contenu pédagogique des séjours; Comparez les brochures et vous verrez; Voulez vous que je vous parle d’assoc dîtes d’éducation populaire qui vont à NY juste pour faire du shopping ?!!!
    Quant à cette formation BAFA, il est tout de même surprenant que cette jeune fille découvre l’importance de la vie quotidienne (commentée par la journaliste comme étant une “tâche ménagère” !!!) lors de son stage pratique !!!
    Non, être anim, ce n’est pas seulement jouer, ni seulement assurer la sécurité des jeunes, c’est aussi leur apprendre à être plus autonome comme par exemple savoir faire son lit !

    • Marianne dit :

      Oui, enfin en même temps on est nombreux à faire uniquement des centres de loisirs sans hébergement, on se fiche d’aborder la connaissance du lit au carré en formation bafa.. :D

  7. Halimi Patrice dit :

    Faire son lit, ce n’était qu’un exemple ! Tu en trouveras d’autres dans le cadre d’un CLSH, non ? Quelle est la personne sérieuse qui peut prétendre qu’être animateur, c’est uniquement jouer avec les enfants ? On peut entendre cela d’une stagiaire de 17 ans, mais surement pas de la part de son formateur. Je ne prétends pas ici critiquer l’AFOCAL. J’imagine en plus qu’ils suivent dans leur formation le plan JS. Disons que la journaliste n’a voulu retenir que ce qu’elle voulait entendre !

    • Mathieu dit :

      BAFA = Brevet d’Aptitude… c’est un pas Diplôme d’expert 100% compétent tous azimuts / toutes spécialités. Il s’agissait de la première partie du BAFA, ce qui rappelle l’importance de l’encadrement du stage pratique (certains centres voient ça juste comme de la main d’oeuvre gratis). Après oui la journaliste n’est pas là pour vendre de l’eau bénite, M6 reste une entreprise à but lucratif et la réalité ne fait pas beaucoup d’audimat, ils sont bien obligés de l’agrémenter ;)

  8. chevalier dit :

    maintenant cela suffit ,tous les beaux discours des associations qui gèrent toutes les accueils de loisir , les camps etc , n’ont rien a voir avec la réalité.En faite beaucoup de blabla mais hélas,j’ai souvent rencontré des jeunes qui venaient travailler les vacances, en se disant qu’ils allaient passer des vacances au frais de la princesse et en plus ils allaient être payé . Et la c’était le cul sur un banc , téléphone a la main toute la journée , laissant les enfants livrés a eux même . Des enfants oublié dans les cars , pire un petit bout de chou qui prend la poudre d’escampette sans que personne ne le vois . et j’en passe et des meilleurs . Moralité , la formation Bafa n’est pas complète et ne dur pas assez longtemps . Et surtout que personne ne dise le contraire on le donne a n’importe qui . J’en ai ras le bol de toute cette hypocrisie ,qui fait de ce travail d’animateur deviens du grand n’importe quoi . Voila c’est dit , au risque de passé pour une rabat-joie !!!!!

    • zoé m. dit :

      quel rapport avec le billet? l’afocale organise pas des colos, ils forme juste au bafa!! c sur que question colos après les organisateurs (le reportage le montre bien) peuvent être incompétent. comme dit matthieu tout le monde oublie de quoi on parle, le bafa c pas un dejeps ou defa… donc moralité c surtout le bafd qu’il faut critiqué puisque lui aussi c limite pour encadrer une colo. si le directeur est un pro, les animateurs stagiaires seront surveillés correctement. après des idiots il y en a partout, notre président français a bien fait l’ena est fait n’importe quoi, alors un petit con d’ado qui vient faire du fric comme animateur et passe son temps sur facebook, c’est le directeur du stage pratique qui devrait pas valide le bafa !!! les ados mentent tout le temps. juliette fait la fayote pendant sa formation alors que son but est de faire du fric: ça ça peut se détecter que pendant le stage pratique! donc la partie 1 et 3 du bafa sont théorique, c surtout le stage pratique qui devrait être mieux reglementé!

  9. l'AFOCAL dit :

    Merci à tou(te)s pour vos messages qui, en fin de compte, défendent bien ce beau “métier” (même si c’est plus profond que cela pour beaucoup d’entre nous) qu’est l’animation. A bientôt !